Alex Toth, le génie en colère !

Publié le par Fred Tréglia

Dans le premier numéro de Golden Comics, deux auteurs sont crédités : Wallace Wood et Alex Toth. Pourtant, par manque de place, il n'y a de biographie que pour le grand Wallace... Il convenait de rattraper cette maladresse. Car Alex Toth est un auteur singulier... Lorsque l'on demande aux fans qui sont les plus grands artistes des comic books, deux noms reviennent sans cesse : Will Eisner & Jack Kirby... Mais si l'on pose cette question à des spécialistes, dessinateurs ou éditeurs, ils en rajoutent un autre : Alex Toth ! Par contre, si on leur demande à quelle création on peut rattacher ce créateur, ils répondent : "aucune !". Et c'est bien là que se situe toute l'ambiguité de l'artiste ! Il a travaillé pour tous les éditeurs, mais n'a laissé de traces sur aucune série, changeant régulièrement de titres après quelques épisodes seulement... Un design cependant devrait vous rappeler Alex Toth : celui de Scoobidoo, le dessin animé d'Hanna-Barbera des années 70, un succès planétaire et anonyme sur lequel Toth a travaillé... 


Né en 1928, Toth débute sa carrière à 17 ans, signant des pages pour la revue Heroic (Easter Color), avant d'intégrer la High School of Industrial Art. Sa vocation de dessinateur lui vient de ses lectures des strips de Milton Caniff, Alex Raymond et Harold Foster dans les pages du Saturday Evening Post. À partir de 1947, il est repéré par Sheldon Mayer, l'éditeur de DC / National, et signe des épisodes de "Dr. Midnite", "The Atom", "Green Lantern", "Justice Society", "Johnny Thunder" ou "The Flash"... Il produit également de nombreuses histoires tout genre confondu (la science-fiction avec "Rex the Wonder Dog", les westerns "Sierra Smith" et "Jimmy Wakely", des titres d'amour comme Secret Hearts...). En 1950, il assiste Warren Tuft sur le strip Casey Ruggles et réalise un de ses rêves d'enfant. Il est vrai qu'à l'époque, les comic books passaient encore pour les parents pauvres de la BD, par rapport aux strips des journaux...
En 1952, il quitte la côte Est pour s'établir en Californie, où il habitera jusqu'à la fin de sa vie. Passionné d'aviation, de courses automobiles et de jolies filles, il délaisse les super-héros démodés et commence à vendre des petites histoires à Standard (Crime Files, Jet Fighters, Fantastic Worlds, Intimate Love...) et Lev Gleason (Boy Loves Girl, Crime and Punishment...). Son dessin se stylise, l'encrage prend une importance considérable, il suggère plus qu'il ne montre ! "La Corne d'Abondance Maléfique" de Golden Comics n°1 fait partie des travaux de commande typique de cette époque. Il passe également chez EC Comics (avec des histoires de guerre très efficaces pour Frontline Combat et Two-Fisted Tales)... Incorporé de 1954 à 1956, il est stationné au Japon, où il devient dessinateur de l'armée et créé le strip Jon Fury (dans la veine du Johnny Hazzard de Frank Robbins). Il va poursuivre son travail d'épure au service de la narration (peut-être au contact de l'art japonais ?). À l'inverse des recherches cinétiques et énergétiques de Kirby ou d'un Eisner en quête d'expressionnisme dans The Spirit, Toth cherche l'intimisme et l'essentiel ! De retour à la vie civile, il rejoint Dell sur la série des Four Color Comics, adaptant de nombreux films en BD ("Rio Bravo", "The Time Machine", "The Land Unknown" et... le Zorro de Disney, dont il assurera plus de 60 épisodes, tout en continuant à collaborer avec d'autres éditeurs. 1964 est le début de sa collaboration avec les studios Hanna-Barbera, pour lesquels il produira de nombreux « designs » de personnages de séries animées, tels Space Ghost, Johnny Quest ou Mightor...


















En parallèle, il continue de produire des pages de comics, notamment chez Marvel (Uncanny X-Men 12 : « The Origin of Professor X », paru en France dans Strange 12), mais travaille surtout chez DC, où il dessine de nombreuses histoires d'horreur (House of Secrets, avec notamment "Eclipso" !), de courses automobiles (Hot Wheels), des soaps (Girls' Romances)... Les magazines Blazing Combat, Creepy et Eerie de Warren lui donnent l'occasion de montrer tout son talent dans l'usage du noir et blanc. En 1981, il réalise son chef-d'œuvre : Bravo For Adventure (paru en France la même année chez Futuropolis), réunissant tous ses centres d'intérêt : Hollywood et Errol Flynn, les avions et les jolies voitures, le tout dans un noir et blanc tendance Milton Caniff. Il collabore également avec Jack Kirby chez Ruby-Spear, produisant toujours de nombreux designs de dessins animés (Thundarr, Black Star, Centurions...). Dans les années 2000, il écrit d'excellents billets d'humeur ("Before I Forget") pour Alter Ego, le magazine de Roy Thomas (chez TwoMorrows Publishing). Il faut dire qu'Alex Toth est aussi célèbre pour ses "coups de gueule" et son sens du perfectionnisme pas toujours très bien perçus par ses pairs ! Il ne signera plus que de rares couvertures et quelques Pin-ups pour les comic books, son dernier dessin paru étant une « Alternate Cover » de Bird of Prey pour DC Comics... Il meurt le 27 mai 2006, sur sa table à dessins... De nombreuses histoires sont actuellement rééditées chez Pure Imagination (The Alex Toth Reader, Alex Toth Edge of Genius), permettant à la jeune génération d'apprécier son travail dans le noir et blanc des planches originales. Issu de l'école Caniff et étant parvenu à l'épure totale, Toth est aujourd'hui considéré comme un maître de la narration, l'égal d'un Hugo Pratt ou d'un Joe Kubert. Ses « héritiers » graphiques sont nombreux : Howard Chaykin, Walter Simonson, John Paul Leon, Kevin Nowlan ou Bruce Timm… Maintenant que vous savez, vous ne regarderez sans doute plus les Scoobidoo du même oeil...
Fred Tréglia et Jean Depelley

Publié dans Golden Comics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Superior quality post work cleaning services won't be able to only sparkling the building the spot that the work was first done, but is likewise able and hence avoiding the fact that additional laborers, limit interruptions, and perform several other day-to-day housecleaning tasks. Just for optimal consequences, business users should do not forget to hire a fabulous commercial putting together cleaning company that comes with quality evidences and options.
Répondre
G
Salut Fred et Jean <br /> jetez un coup d'oeil sur http://www.bdzoom.com/spip.php?article3758<br /> A bientôt à Limoges<br /> Amitiés<br /> Gilles
Répondre
F
Les Zorro de Toth ont été réédités Par Image en 2001 dans un epais trade : "The Complete Adventures of Zorro". Un super ouvrage.<br /> Futuropolis avait commencé a rassembler ces histoires dans sa sublime collection "Copyright". J'ai le premier volume qui couvre la periode 1957-1959. Je ne sais pas si d'autres volumes sont sortis...
Répondre